alainfoix

Archive for janvier 2008|Monthly archive page

Sur la politique de civilisation

In Chronique des matins calmes on 10 janvier 2008 at 10:15

Sacré Finkelkraut! A peine ai-je posé pied sur le sol glacé de la métropole, qu’il me cueille à froid sur France Inter à propos de la fameuse décivilisation qu’il diagnostique. Il donne 3 exemples de décivilisation: le bruit dans les banlieues, le bris chaises de Bartabas au Ministère de la Culture et les mauvaises blagues de Thierry Ardisson. Sidérant raccourci, vertigineuse synthèse. De l’art d’interroger le cosmos par le petit bout de la lorgnette. Vertige d’une pensée qui conjugue allègrement hauteur et bassesse, lucidité et aveuglement. Drôle de plat que le Finkelkraut, un waterzoï intellectuel , mixture étonnante où l’on trouve pêle mêle intelligence et stupidité. Séduit par un trait de pensée, on applaudit avant d’avoir la nausée après mastication. Il assène à Nicolas Demorand et à la France entière: « la gauche ne peut diagnostiquer le désastre, car elle a épousé le désastre ». Formidable philosophe qui ne sait reconnaître de droit à l’erreur. S’il est difficile de contredire, hélas, le fait que la gauche pendant ces 25 dernières années a poussé au crime en encourageant la vulgarité et la bêtise sur la base d’une « pensée » politiquement correcte, il est par contre impossible d’accepter, ne serait-ce qu’intellectuellement, le fait qu’elle ne puisse pas elle-même se questionner sur ses erreurs, et de ce fait poser des diagnostics sur sa conduite autant que sur les phénomène sociaux qu’elle a épousé. Il y aurait donc une essence de la gauche qui la fixerait à jamais dans ses erreurs. Sans compter que finalement, on se demande ce qu’il entend par la gauche. On a affaire à une pensée à la fois grossière et finassante. Une espèce de Sophiste contemporain qui aurait pris le masque et la posture du philosophe.

Bonne année 2008

In Chronique des matins calmes on 2 janvier 2008 at 6:19

Bonne année à tous et meilleurs voeux.

L’écrivain s’est mis en vacances de son blog pendant quelques temps et observe, pieds et mains palmés, les bavardages des poissons multicolores du fond de la mer caraïbe.

A bientôt donc