alainfoix

Archive for octobre 2008|Monthly archive page

I have a dream

In Chronique des matins calmes on 31 octobre 2008 at 2:02

I am happy to join with you today in what will go down in history as the greatest demonstration for freedom in the history of our nation.

Five score years ago, a great American, in whose symbolic shadow we stand today, signed the Emancipation Proclamation. This momentous decree came as a great beacon light of hope to millions of Negro slaves who had been seared in the flames of withering injustice. It came as a joyous daybreak to end the long night of their captivity.

But one hundred years later, the Negro still is not free. One hundred years later, the life of the Negro is still sadly crippled by the manacles of segregation and the chains of discrimination. One hundred years later, the Negro lives on a lonely island of poverty in the midst of a vast ocean of material prosperity. One hundred years later, the Negro is still languishing in the corners of American society and finds himself an exile in his own land. So we have come here today to dramatize a shameful condition.

National Park Service)

In a sense we have come to our nation’s capital to cash a check. When the architects of our republic wrote the magnificent words of the Constitution and the Declaration of Independence, they were signing a promissory note to which every American was to fall heir. This note was a promise that all men, yes, black men as well as white men, would be guaranteed the unalienable rights of life, liberty, and the pursuit of happiness.

It is obvious today that America has defaulted on this promissory note insofar as her citizens of color are concerned. Instead of honoring this sacred obligation, America has given the Negro people a bad check, a check which has come back marked « insufficient funds. » But we refuse to believe that the bank of justice is bankrupt. We refuse to believe that there are insufficient funds in the great vaults of opportunity of this nation. So we have come to cash this check — a check that will give us upon demand the riches of freedom and the security of justice. We have also come to this hallowed spot to remind America of the fierce urgency of now. This is no time to engage in the luxury of cooling off or to take the tranquilizing drug of gradualism. Now is the time to make real the promises of democracy. Now is the time to rise from the dark and desolate valley of segregation to the sunlit path of racial justice. Now is the time to lift our nation from the quick sands of racial injustice to the solid rock of brotherhood. Now is the time to make justice a reality for all of God’s children.

It would be fatal for the nation to overlook the urgency of the moment. This sweltering summer of the Negro’s legitimate discontent will not pass until there is an invigorating autumn of freedom and equality. Nineteen sixty-three is not an end, but a beginning. Those who hope that the Negro needed to blow off steam and will now be content will have a rude awakening if the nation returns to business as usual. There will be neither rest nor tranquility in America until the Negro is granted his citizenship rights. The whirlwinds of revolt will continue to shake the foundations of our nation until the bright day of justice emerges.

But there is something that I must say to my people who stand on the warm threshold which leads into the palace of justice. In the process of gaining our rightful place we must not be guilty of wrongful deeds. Let us not seek to satisfy our thirst for freedom by drinking from the cup of bitterness and hatred.

We must forever conduct our struggle on the high plane of dignity and discipline. We must not allow our creative protest to degenerate into physical violence. Again and again we must rise to the majestic heights of meeting physical force with soul force. The marvelous new militancy which has engulfed the Negro community must not lead us to a distrust of all white people, for many of our white brothers, as evidenced by their presence here today, have come to realize that their destiny is tied up with our destiny. They have come to realize that their freedom is inextricably bound to our freedom. We cannot walk alone.

As we walk, we must make the pledge that we shall always march ahead. We cannot turn back. There are those who are asking the devotees of civil rights, « When will you be satisfied? » We can never be satisfied as long as the Negro is the victim of the unspeakable horrors of police brutality. We can never be satisfied, as long as our bodies, heavy with the fatigue of travel, cannot gain lodging in the motels of the highways and the hotels of the cities. We cannot be satisfied as long as the Negro’s basic mobility is from a smaller ghetto to a larger one. We can never be satisfied as long as our children are stripped of their selfhood and robbed of their dignity by signs stating « For Whites Only ». We cannot be satisfied as long as a Negro in Mississippi cannot vote and a Negro in New York believes he has nothing for which to vote. No, no, we are not satisfied, and we will not be satisfied until justice rolls down like waters and righteousness like a mighty stream.

I am not unmindful that some of you have come here out of great trials and tribulations. Some of you have come fresh from narrow jail cells. Some of you have come from areas where your quest for freedom left you battered by the storms of persecution and staggered by the winds of police brutality. You have been the veterans of creative suffering. Continue to work with the faith that unearned suffering is redemptive.

Go back to Mississippi, go back to Alabama, go back to South Carolina, go back to Georgia, go back to Louisiana, go back to the slums and ghettos of our northern cities, knowing that somehow this situation can and will be changed. Let us not wallow in the valley of despair.

I say to you today, my friends, so even though we face the difficulties of today and tomorrow, I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American dream.

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: « We hold these truths to be self-evident: that all men are created equal. »

I have a dream that one day on the red hills of Georgia the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at the table of brotherhood.

I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.

I have a dream today.

I have a dream that one day, down in Alabama, with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification; one day right there in Alabama, little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers.

I have a dream today.

I have a dream that one day every valley shall be exalted, every hill and mountain shall be made low, the rough places will be made plain, and the crooked places will be made straight, and the glory of the Lord shall be revealed, and all flesh shall see it together.

This is our hope. This is the faith that I go back to the South with. With this faith we will be able to hew out of the mountain of despair a stone of hope. With this faith we will be able to transform the jangling discords of our nation into a beautiful symphony of brotherhood. With this faith we will be able to work together, to pray together, to struggle together, to go to jail together, to stand up for freedom together, knowing that we will be free one day.

This will be the day when all of God’s children will be able to sing with a new meaning, « My country, ’tis of thee, sweet land of liberty, of thee I sing. Land where my fathers died, land of the pilgrim’s pride, from every mountainside, let freedom ring. »

And if America is to be a great nation this must become true. So let freedom ring from the prodigious hilltops of New Hampshire. Let freedom ring from the mighty mountains of New York. Let freedom ring from the heightening Alleghenies of Pennsylvania!

Let freedom ring from the snowcapped Rockies of Colorado!

Let freedom ring from the curvaceous slopes of California!

But not only that; let freedom ring from Stone Mountain of Georgia!

Let freedom ring from Lookout Mountain of Tennessee!

Let freedom ring from every hill and molehill of Mississippi. From every mountainside, let freedom ring.

And when this happens, when we allow freedom to ring, when we let it ring from every village and every hamlet, from every state and every city, we will be able to speed up that day when all of God’s children, black men and white men, Jews and Gentiles, Protestants and Catholics, will be able to join hands and sing in the words of the old Negro spiritual, « Free at last! free at last! thank God Almighty, we are free at last! »


Double ration de croquettes!!

In Chronique des matins calmes on 30 octobre 2008 at 2:12

Ma chatte Kiara

Ma chatte Kiara

Le chat est le meilleur ami de l’écrivain. Je l’ai vérifié cette nuit lorsque ma chatte m’a réveillé en poussant de drôles de miaulements m’avertissant de la présence d’intrus dans la maison. Une vraie oie du Capitole. J’ai ainsi sauvé in extremis mon pc portable que, dans leur fuite, les voleurs ont dû abandonner. J’ entends d’ici frémir, mes amis écrivains. Documents, roman en cours, pièces de théâtre et textes divers, envolés en un instant dans un ordinateur et son disque dur externe. Catastrophe déjà survenue il y a quatre ans dans les mêmes lieux. L’horreur ! Oui, bien sûr, les inconditionnels du papier à gratter et de l’encre à mouches et à pâtés auront beau jeu de hausser les épaules. Ce n’est pas à eux qu’une telle mésaventure peut arriver tant qu’il y a du papier et que Wall Street en flammes n’a pas brûlé son cours. Je les comprends. Ce sont d’ailleurs parfois les mêmes qui stigmatisent l’usage des nouvelles technologies et leur irruption sur nos scènes de théâtre. Je les comprends aussi tant il est vrai que le bois, les planches, le papier, sont le socle essentiel de l’écriture et de la voix qui se porte au théâtre. C’est vrai aussi que le silex fait du feu. Mais comment dire ? J’ai l’impression qu’il n’est pas de la même nature que celui qui sort de mon briquet et allume ma cigarette. Une perte de sacralisation mais le gain d’autre chose. Disons que le sacré s’est déplacé. J’écris bien avec mon temps lorsque je prends une feuille de papier ou pianote sur mon ordinateur, mais ce n’est pas le même temps et pas exactement la même écriture. C’est-à-dire que la manière dont j’écris me fait saisir le temps différemment. Pourquoi ai-je choisi l’ordinateur plutôt que le papier ? Pas seulement par fainéantise. C’est parce qu’en écrivant je suis en connexion avec la rumeur immédiate du monde. Parce que mes doigts sur le clavier jouent une espèce de musique. J’écris dans un rythme et un espace mobile. J’écris sur une mémoire qui danse une gigue en gigas dans ma bibliothèque personnelle qui fait tapis sous mon nouvel écrit. J’écris et reçois en même temps par une fenêtre (window en anglais) qui me regarde (un peu trop parfois), mon regard extérieur (outlook). J’écris dans une maison ouverte au monde avec sa boite de déception qui me fait réagir. Et comment dire ? Lorsque j’ai cru un instant que les voleurs avaient encore dérobé l’ordinateur, j’ai bien-sûr pleuré immédiatement mes documents envolés, mais aussi tous mes contacts. Je me suis senti comme nu et moins vivant.

Vivant, voilà le mot. Je vis parce que je partage au jour le jour, je communique, je reçois des écrits du tout venant mais aussi d’amis écrivains. Ce même sentiment de vivre en plus puissant, plus réel et plus charnel que j’ai ressenti il y a quelques jours à Timisoara avec mes amis écrivains du réseau international FENCE. Jours de fête, rires, embrassades, bonne chère, bon vin, lectures, critiques de textes, écritures improvisées, juste pour l’immédiat du temps partagé. Partage, échange, potlatch dans une communauté ouverte et informelle où nous sommes tous si différents et si semblables. Où l’écrit est le cœur de la relation. Tout cela au milieu d’un festival de dramaturgie roumain où des metteurs en scène de renom s’emparent de textes d’écrivains vivants, jeunes ou moins jeunes devant un public pléthorique. Non, pas un rêve. C’est du réel. Ecrire, c’est aussi interagir, c’est-à-dire vivre. Mon ordinateur m’offre virtuellement et réellement cela.

Les policiers venus faire le constat chez moi m’ont dit : « Vous avez une belle maison, dommage qu’elle soit à Bondy ». Où ai-je déjà entendu cela ? Bien-sûr, mais c’est bon sang! C’est au sujet de la MC 93. On songe à la remplacer par la Comédie Française. C’est vrai que ça, c’est du solide, du compact, du silex, de l’essentiel. Du centre dans la périphérie. Pourquoi pas si la périphérie changeait le centre.

J’ai bien songé cadenasser ma maison trop ouverte et en faire un bunker. Mais alors, serais-je encore le même ? Est-ce moi qui fais ma maison ou elle qui me fait ? Histoire de l’œuf et de la poule ? Je crois en fait qu’il y a interaction, que nous écrivons ensemble sur un espace, un territoire. Ma maison est aussi ce territoire. Le feu que j’y allume n’est pas le même qu’ailleurs. Une question d’écriture. Une question de vie. L’écriture est le centre quelque soit le média. Un centre qui se décentre et se transforme en fonction du média mais qui y fait sa loi. Parce que l’écriture, c’est la vie et la vie le mouvement. Alors, pourquoi pas mettre de la vie dans la MC 93 et y installer de l’écriture, des auteurs vivants ? Alors qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse. C’est ça que m’a soufflé mon chat.

Un beau visage de France

In Chronique des matins calmes on 22 octobre 2008 at 6:05
Docteur André Robert

Docteur André Robert

Ce jeune homme au visage si doux était le grand-père de mes enfants. Ce n’était pas Jean Marais, mais on l’arrêtait dans la rue pour lui demander un autographe. Du cinéma il ne connaissait guère que le Studio des Ursulines dont il était le caissier pendant ses études de médecine. Il connaissait peu le théâtre sinon autrefois par la télévision et un peu aussi par moi. La danse, il la connaissait par force, par les petits pas de rats au-dessus de son cabinet. Il avait épousé une danseuse et sa fille l’était aussi. Son épouse avait ouvert un cours de danse moderne au dernier étage de sa grande maison de banlieue, un peu comme Ferdinand Céline et son épouse, sans le racisme et l’antisémitisme du médecin-écrivain, mais sans le talent littéraire non plus. Pas un artiste, mais un médecin généraliste dans une commune de banlieue. Une vie simple et ordinaire, né à Bondy, officiant à Bondy, mort à Bondy. Son cabinet dans sa maison de meulière coincée entre la trésorerie générale et le cimetière communal était le sujet d’une de mes taquineries : « On va payer ses impôts à la trésorerie générale, on déprime, on va se faire soigner chez le Docteur Robert, et on finit au cimetière. Ce trottoir de l’avenue Henri Barbusse est le chemin de la vie, n’est-ce pas, Herr Doktor ?» Je l’appelais ainsi pour souligner ironiquement ses yeux bleus et sa bonne tête de fils de Lorrain. Son sens affiné de l’humour nous rapprochait même lorsqu’entre nous il devenait grinçant.

Quand il me vit fréquenter sa fille, il m’invita en tête à tête à partager un saucisson et un verre de bon vin. Jeune homme descendant des quartiers déshérités de Bondy Nord, j’étais impressionné par ce géant aux yeux bleus et francs, notable du centre ville. Il me questionna sur ma famille, sur la Guadeloupe, sur mes études, et sur mes loisirs. Lorsqu’il apprit que j’étais un fervent praticien du jeu de ballon ovale, il se leva pour clore l’entretien et me dit simplement d’un ton définitif : « Alors, je n’ai qu’une chose à vous dire, jeune homme, et je tiens à ce que vous vous en souveniez : ma fille n’est pas un ballon de rugby. » Je m’en suis souvenu. Cet homme souriant et convivial, libre d’esprit et de préjugés ne plaisantait pas sur l’essentiel. Peu lui importait que je sois des quartiers pauvres ou que je sois Guadeloupéen et noir dès lors que je prenais soin de sa fille. Peu lui importait mes origines, c’est l’homme, l’individu en moi qu’il avait pour ainsi dire ausculté.

Un jour il me fit descendre dans sa cave, une vraie caverne d’Ali Baba, pleine de bon vin et de souvenirs d’Afrique du Nord où il allait souvent après que la guerre d’Algérie l’ait rendu amoureux des pays du Maghreb. Il avait appris quelques rudiments d’arabe pour parler à sa nombreuse clientèle maghrébine qui en restait baba. Il sortit de son cellier quelques bouteilles couvertes de poussière, les épousseta et me montra leur étiquette. Elles étaient de l’année 1928. Il me dit alors : « Ce sera pour le mariage. » Le mariage, il l’attendit, mais sans mot dire. Lorsqu’il se rendit à l’évidence que cela ne viendrait jamais, il remonta une de ces bouteilles et il nous dit : « Alors, on la boit quand même. »

Cet homme était la tolérance faite homme. Il respectait l’individu, ses croyances, ses opinions. Pas un idéologue, pas un théoricien, mais un humaniste. Sa philosophie tenait en quelques mots qu’il répétait souvent : « Ne jamais vouloir faire le bonheur des gens contre leur volonté. » Une phrase qui exclut de fait tout totalitarisme. Il avait ses opinions, mais jamais ne les délivrait, sinon parfois en quelques mots durs envers un leader d’extrême droite. Mais il s’engageait dans la vie, dans son travail, toujours disponible, prêt à aider les plus démunis. Ceux-là, drogués, miséreux ou tsiganes, venaient en nombre à sa consultation. Peu le payaient, certains même piochaient l’argent dans un tiroir qu’il laissait ouvert avec insouciance. Il ne leur en voulait pas, même si, pris la main dans le sac, il aurait collé le coupable au plafond avec sa force herculéenne. Il ne plaisantait pas avec l’honnêteté mais comprenait la misère.

Sa table restait toujours ouverte à quiconque, ami ou inconnu qui passait par chez lui. Cet être convivial était amoureux de la vie. La vie qui exultait sous toutes ses formes dans ce pavillon de banlieue où les enfants turbulents et en collants croisaient dans l’escalier ses patients de tous âges et de toute condition. C’est cet amour de la vie qui l’a conduit un beau jour à prendre la tête des médecins de son département pour défendre la loi Weil en faveur de l’interruption de grossesse. Pas un littéraire mais un homme de parole dans tous les sens du terme qui, dès lors qu’il élevait la voix faisait silence autour de lui. Mais il savait se taire car il connaissait le prix des mots.

Le baiser de l'hôtel de ville

Doisneau: Le baiser de l

Dans son salon, au-dessus de la grande table, une photo de Doisneau : « Le baiser de l’hôtel de ville ». Tout le monde pensait qu’il était ce garçon pris en flagrant délit d’étreinte amoureuse. Il souriait et laissait dire laissant planer le doute. Si ce n’était lui, c’était donc son frère, même s’il était enfant unique. Je ne sais pas la vérité, mais ce moment arrêté, cette beauté saisie dans un moment d’éternité, c’est ce que je garde de lui, de ce grand-père aux cheveux blancs, aux rides caressées par ses petits enfants métis. Cet homme ordinaire, figure du héros ordinaire reflète pour moi toute la beauté de ce pays de France. Des hommes comme lui ne sont pas si nombreux, mais ils sont essentiels. Au sein du peuple, dans leur simplicité, par la force du bon sens, ils nous empêchent de glisser vers le bas.

Il s’est effacé hier matin avec sa discrétion et sa modestie habituelles dans la pâleur pluvieuse de l’aurore. Je ne puis m’empêcher de penser que c’était juste le lendemain de la dernière de ma pièce « Le ciel est vide ». Comme si, ultime délicatesse, il avait attendu que le rideau s’abaisse pour nous tirer sa révérence. Rarement mon ciel ne fut si vide que depuis hier matin où cet homme là quitta si discrètement la scène de ma vie.

Qu’est-ce qu’un auteur vivant?

In Chronique des matins calmes on 17 octobre 2008 at 10:36

A la question « qu’est-ce qu’un auteur vivant », je ne donnerai aucune définition car il faudrait que je définisse ce qu’est la vie, et tout le monde par nature sait ce que c’est. Les mots sont ici inutiles. Par conséquent, une fois n’est pas coutume, je leur préférerai ici les images. Ce sont celles, prises à Istanbul, Timisoara ou Londres lors des rencontres internationales du réseau FENCE d’auteurs vivants pour la vie dans les théâtres.

TIMISOARA

3 photos de Dough Howe


ISTANBUL

LONDRES

La critique de Marie-José Sirach (L’Humanité)

In 1- Presse on 16 octobre 2008 at 12:05

le 14 octobre 2008

CULTURE

Shakespeare à l’aide !

Comme une incantation, une prière qui se perdrait quelque part entre enfer et paradis, un no man’s land de bric et de broc où errent des personnages shakespeariens… Ainsi « Le ciel est vide » d’Alain Foix peut-il s’entendre, comme un aller-retour sans fin entre hier et aujourd’hui, entre Shylock, le juif, et Othello, l’Africain, une histoire à vocation poétique et philosophique. Dialogue parfois impossible quand il devient seulement quantitatif – mon peuple a plus souffert que le tien – pourtant jamais inaudible puisqu’Alain Foix, l’auteur de ce texte, ose regarder dans les yeux l’indicible, l’impensable qui de nos jours encore resurgit par bribes, par le truchement de coups d’éclats d’un comique qui parfois oublie de l’être. Alors Alain Foix ressuscite ces deux êtres qui cohabitent depuis quatre cents ans quelque part au creux de notre mémoire pour évoquer l’altérité. Philippe Dormoy et Hassane Kouyaté se lancent à corps perdu dans cette joute verbale flamboyante marquée par les stigmates du temps et de la vie. Ils endossent les habits de leurs personnages avec une conviction sans faille, en même temps que ceux de la sagesse que leur confère le temps de l’histoire. Comme tout un chacun en ce bas monde, ils vivent avec leur propre fantôme : Jessica pour le marchand de Venise, Desdémone pour le guerrier impétueux (respectivement Anne Azoulay Morgane Lombard). Elles ont trahi, ont été trahies et la question de la culpabilité et du pardon brouille leur présence. Il faudra que Shylock et Othello s’amendent de leur geste pour qu’enfin la rencontre puisse avoir lieu. La mise en scène de Bernard Bloch est d’une sobriété à l’épreuve du texte. Une longue table dressée au milieu de la scène autour de laquelle tout se joue, se dit et se défait. On s’interpelle, on se dispute, on se réconcilie. Des images, des voix – célestes – s’élèvent non pour conjurer le mauvais sort mais pour redire encore l’histoire. Pour qu’elle ne se répète pas.

Marie-José Sirach

La critique d’Armelle Héliot (Figaro)

In 1- Presse on 14 octobre 2008 at 6:18

Quatre personnages en quête d’eux-mêmes

Etrange texte que Le Ciel est vide mis en scène par Bernard Bloch à Montreuil. Troublante réponse à une commande que celle de l’écrivain Alain Foix. Demande délicate, il est vrai. Bernard Bloch, comédien, auteur, metteur en scène et directeur du « Réseau », compagnie créée en 1996 et membre fondateur d’une coopérative de production artistique, a proposé à Alain Foix, grande figure de l’écriture caribéenne, de réfléchir à la question de « cette absurdité qui oppose aujourd’hui les noirs aux juifs ».

La saison dernière, au Lucernaire, on avait salué, dans une mise en scène d’Antoine Bourseiller, Pas de prison pour le vent, qui s’inspirait d’un épisode réel de la vie d’Angela Davis et célébrait une autre femme courageuse, femme politique de Guadeloupe. On pouvait imaginer qu’il irait vers une recherche documentaire. Et, il le reconnaît, c’est ce qu’imaginait aussi Bernard Bloch.

Mais Alain Foix s’est enfoncé dans le continent littéraire. Il est allé du côté de Shakespeare, chercher un noir, chercher un juif. Il a réveillé Othello et Shylock et a appelé auprès d’eux Desdémone et Jessica. La femme assassinée et la fille renégate. Il leur faudra du temps pour se retrouver. Exilés des pièces de Shakespeare, Othello et Le Marchand de Venise, ils semblent condamner à une éternelle errance dans un espace inassignable, un cercle indéfini de l’Enfer du regret, du ressentiment. « Une page blanche » dit Bernard Bloch. L’auteur, en écrivant ce double dialogue, propose une réflexion politique taillée dans une étoffe poétique.

Au Théâtre Berthelot de Montreuil, dans un espace imaginé par Didier Payen, qui enveloppe l’espace de jeu d’un tulle funèbre que le public doit longer puis franchir comme s’il traversait des portes qui conduiraient à un ailleurs dramatique, Bernard Bloch s’appuie sur les personnalités des interprètes mais aussi sur le très important travail d’images de Dominique Aru, cinéaste qui appartient à la même coopérative artistique que lui. Images projetées sur un vaste écran qui domine l’aire de jeu à cour, suivant le mouvement courbe du tulle, images mêlées, se superposant, se fondant les unes dans les autres, se confondant, mais rappelant aux protagonistes, Othello (Hassane Kouyaté), Shylock (Philippe Dormoy), les rumeurs du monde réel, de l’Histoire. Desdémone (Morgane Lombard) et Jessica (Anne Azoulay) semblent parfois plus lucides, plus près de leurs vérités. C’est la réunion des quatre « personnages » qui constitue le dénouement.

L’ellipse, les paroles dérobées, les pensées qui se cognent, le jeu feutré et sensible des quatre comédiens, tout contribue à donner une texture très particulière -un peu comme un tulle, justement- à cette proposition originale.

Théâtre Berthelot, 6 rue Marcellin-Berthellot, 93100 Montreuil (01.41.72.10.35). Jusqu’au 19 octobre.

Armelle Héliot, critique du Figaro

Armelle Héliot, critique du Figaro

La critique d’Agnès Santi dans « La terrasse »

In 1- Presse on 14 octobre 2008 at 12:08
Le ciel est vide
Shylock et Othello, Jessica et Desdémone : deux duos qui se transforment en quatuor, grâce à la reconnaissance de l’altérité. Une pièce philosophique profonde et délicate.

Cette mise en scène de Bernard Bloch a une histoire : c’est à la demande du metteur en scène que l’auteur Alain Foix a écrit ce texte, pour éclairer la question entre les noirs et les juifs. Or la pièce, un dialogue philosophico-poétique à quatre voix, dépasse cette question pour aborder plus largement celle de l’altérité. On pense à Emmanuel Lévinas. « Le statut même de l’humain implique la fraternité et l’idée du genre humain » dit-il dans Totalité et infini. « Autrui est visage » dit-il encore dans Ethique et infini. Des idées fortement présentes dans la pièce, qui prennent sens à travers le jeu des acteurs et la présence des images, des idées rappelant autant l’absolue bêtise du racisme que l’inéluctable dignité de chaque être humain, des idées rappelant que le meurtre de l’autre parce qu’il est autre est une absurde folie. Qui donc peuple la scène ? Des figures littéraires que l’imaginaire collectif connaît bien, nées dans l’imagination de l’immense Shakespeare : Shylock et Othello, et en parallèle, jusqu’à ce que la rencontre et l’apaisement adviennent, deux femmes, Desdémone l’épouse innocente assassinée et Jessica la fille rebelle qui fuit et trahit son père pour l’amour d’un chrétien. Philippe Dormoy, Hassane Kouyaté, Morgane Lombard et Anne Azoulay jouent juste. Sous un ciel vide, spectateurs torturés d’un temps et d’un désert infinis, Othello et Shylock, victimes de la jalousie et du ressentiment, errent depuis quatre siècles, seuls, voués à ressasser leur douleur et leur solitude, au fil d’une immuable détestation.
Les images comme médiation quasi thérapeutique
Côté cour, la scène est délimitée par un grand rideau de gaze gris clair, où seront projetées les images. Les personnages s’assoient parfois autour d’une vaste table vide et nue, comme une trace triste de banquets oubliés. Au début chacun campe sur son chagrin, on craint même qu’une ambiance trop funèbre, éthérée et désolée s’installe. Puis la pièce évolue et orchestre subtilement la confrontation entre Shylock et Othello, mais surtout, et c’est toute la force de ce texte et de cette délicate mise en scène, entre soi et soi. L’arrivée des deux femmes – épouse et fille -, plus libres que les hommes, le surgissement des images meurtrières (l’histoire malheureuse des peuples noirs et juifs) jouent un rôle essentiel de retour au réel. Les images, spectres modernes, réveillent la conscience et aident à la réconciliation. Elles sont une médiation quasi thérapeutique pour se reconnaître et se dire simplement pardon. Pour une réconciliation rêvée par le théâtre, belle, intense et émouvante, où la haine et le ressentiment laissent place à une maturité démocratique. Les mots alors prononcés achèvent le rite de reconnaissance. On devrait vraiment écouter plus souvent les philosophes…
Agnès Santi
Le ciel est vide d’Alain Foix, mise en scène Bernard Bloch, du 2 au 19 octobre, relâche le mercredi, dimanche à 16h, au Théâtre Berthelot, 6 rue Marcelin Berthelot, 93100 Montreuil. Tél : 01 41 72 10 35.

La critique de Sandrine Gaillard

In 1- Presse on 13 octobre 2008 at 12:26
Comédie dramatique de Alain Foix, mise en scène de Bernard Bloch, avec Philippe Dormoy, Hassane Kouyaté, Morgane Lombard, Anne Azoulay et Dominique Aru.

Une table au milieu de la scène, de ces longues tables rectangulaires, drapées de blanc aussi mythiques que nos deux protagonistes plantés chacun à l’un et l’autre bout de la table.

La table du dernier repas du Christ, où il dit à propos du vin : »Prenez et buvez en tous, ceci est mon sang, versé en rémission des pêchés… », où il dit encore: « Mangez , ceci est ma chair … » Vide, la place de Jésus, aussi vide que le ciel alors ?

Sous un ciel sans étoiles, deux revenants errent à la dérive et s’interpellent : l’un Othello (Hassane Kouyaté), le fougueux capitaine, revêtu de toute son arrogance militaire, des médailles, insignes étoilées sur la poitrine est face à Shylock (Philippe Dormoy) le marchand Juif de Venise.

Alain Foix invite deux personnages shakespeariens, deux âmes tourmentées, l’un par le meurtre de Desdémone, l’autre par le reniement de Jessica. Le noir et le juif. L’auteur use avec ironie des poncifs de circonstance : l’éternelle rivalité entre celui qui n’a plus de regard à force de s’accrocher à ses chiffres et celui qui est une force naïve dont on use de la puissance avec de grossières manipulations.

Ils sont chargés aussi d’un destin qui les dépasse : le sort de leur peuple, avec ces images qui hantent nos mémoires : ces étranges fruits comme chante Billie Hollyday, ces hommes noirs photographiés pendus à des arbres, ou ces fumées noires qui s’échappent de longues cheminées. Les noms d’Othello et de Shylock claquent en revanche dans le silence de ces visages sans nom, ces anonymes victimes de la violence universelle ; et pourtant n’est ce pas encore la violence d’Othello qui emporta Desdémone, l’autorité fanatique de Shylock qui poussa Jessica au vol et à la fuite.

Et s’ils arrêtaient d’expier lorsqu’ils commenceraient à considérer l’autre comme une personne à part entière, qu’il soit juif, noir, femme, apprendre à le/la respecter pour ce qu’il/elle est .

Faut-il encore préciser combien le texte de Alain Foix est extraordinaire, par sa force, son intensité et ces évocations pertinentes de grands mythes shakespeariens. En tant que spectateur, on comprend l’attachement de Bernard Bloch pour cette œuvre.

La mise en scène, par petites touches, qui rehaussent la puissance du texte, le choix de comédiens entièrement possédés par les mots précieux de l’auteur, la collaboration musicale de Yves Dormoy et de Rodolphe Burger sont des exercices de virtuoses, destinés à servir l’auteur et à inviter le spectateur dans cette aventure pleine d’émotions.

Sandrine Gaillard

Morgane Lombard, l’élévation absolument

In Chronique des matins calmes on 12 octobre 2008 at 12:58
Morgane Lombard

Morgane Lombard

Sagesse et passion se mêlent étrangement dans son regard et dans sa voix. D’elle, tout semble venir en ligne droite. Elle est frontale. Pas une esquive. Elle reçoit tout et elle prend tout. Etonnante facilité d’encaisser, surprenante aisance à rendre. Son verbe est souple et droit comme ses yeux noirs, étrangement noirs. Tout dans son visage et dans la nappe des cheveux flous qui flottent comme des nuages autour de ce visage tendrait à les dire bleus. Mais ils sont noirs, obstinément. Comme ce charbon de Rhénanie d’où elle est originaire du côté de sa mère. Ses yeux brûlants comme des galets de lignite noire rayonnent de la mémoire d’une guerre qu’elle n’a pas connue. Une mémoire sans cesse alimentée au jour le jour, depuis toujours. « Les enfants savent tout », m’assène-t-elle. Leur corps est conducteur, le courant continu. Même en silence ça passe. Les portes, même fermées à double tour sur la douleur et les larmes retenues par une digue de pudeur, de pudeur et de désir d’oubli pour vivre, tout simplement pour vivre, ces portes restent ouvertes à l’enfant, irrémédiablement. L’enfant sait car il est né pour savoir. Et savoir c’est transmettre, c’est transformer la douleur en connaissance en intégrant la co-naissance, la mémoire en histoire. L’enfant c’est la barque. La barque du rescapé. Celle qui traverse le fleuve. Enfin le traverser ce fleuve, fleuve de brume, fleuve de larmes, passer de l’autre côté du Rhin, un jour enfin. Cette brume infecte qu’elle co-naissait sans la savoir lui est montée à la conscience un soir devant l’écran de sa télévision. « Nuit et brouillard » y était diffusé, une vapeur méphitique envahissant soudain tout l’espace du salon. Elle a vu ça, ce qu’elle devait voir, absolument, comme des millions d’enfants. Nuit et brouillard comme une révélation, un bain révélateur, photographique, un bain d’identité. Identité en négatif accrochée à un fil dans une chambre noire avec tant d’autres négatifs.

Sortir du purgatoire et accéder au jour, passer au positif absolument, pour exister. Que dis-je pour exister, plus que cela : pour vivre. Alors elle se lève et elle danse. La danse, apprentissage du corps dépassant la souffrance. Morgane sourit me racontant ses cours de danse. Cette pianiste qui accompagne tout en lisant sur le journal des faits divers et la danse s’accélère au rythme des faits divers, au rythme des horreurs plus ou moins soutenables. Danser, tenir, ne jamais s’effondrer, élever le corps, élever l’âme, tenir la verticale, la colonne vertébrale. Se maintenir. Vital est le maintien.

Morgane Lombard

Et Morgane danse. Elle danse sa joie. Sa joie de vivre, absolument. Et elle est Desdémone qui remplit tout le ciel. Desdémone est une force, une force d’espérance jamais éteinte. Une colonne vertébrale. Elle est physique. Elle a la force d’Othello en féminin. Une féminité affirmée, jamais en négatif. Une féminité puissante, le pendant féminin de son viril amant. Le corps est l’âme. L’âme est le corps. Pas de bas romantisme en ce caractère là. En elle se combattent puissamment le bien et le mal, la face lumineuse et la face sombre de l’humanité. Elle est humaine, absolument. Elle conjugue les opposés pour dépasser l’histoire, monter sur la mémoire, s’élever par son épine dorsale. Desdémone, déesse et démone. Morgane s’arrête sur ce nom là composé d’opposés. Elle a conscience que cette opposition dans ce nom même suppose le dépassement, l’élévation. Alors Morgane danse. Elle danse Desdémone, et elle est Desdémone, l’élévation absolument.

Le pain du théâtre à Timisoara

In Chronique des matins calmes on 8 octobre 2008 at 8:28

Le festival dramaturgique de Timisoara produit par le Théâtre National a cette belle particularité qu’il offre un espace privilégié à des dramaturges plus ou moins jeunes pour présenter leurs œuvres à un très nombreux public. Œuvres mises en scène par des metteurs en scène confirmés, et non pas simplement lues. C’est, pour un auteur français, simplement incroyable par les temps qui courent. Imagine-t-on l’équivalent en France, la Comédie Française offrant une telle opportunité à des auteurs ? Des metteurs en scène mis au service d’auteurs vivants et non simplement à leur propre service. Prenant un risque de création qui n’est pas simplement de revisiter pour la énième fois un auteur mort, mais dire par la dramaturgie, l’écriture nouvelle, le fondement du théâtre, le monde d’aujourd’hui.

Ce festival a invité FENCE, un réseau international d’auteurs de théâtre dont je fais partie. Auteurs britanniques, palestiniens, suédois, américains, allemands, autrichiens, finlandais, turcs, africains ou d’origine africaine, maghrébins, suisses ou français (moi seul en l’occurrence) sont venus rencontrer leurs homologues roumains. Au cœur du théâtre, l’auteur (ça fait du bien) qui partage son expérience d’auteur avec d’autres expériences. Ce réseau informel qui s’agrandit à chaque rencontre d’Istanbul à Timisoara, de Londres à Paris pose le texte au centre. On se lit, on expérimente, on aide par la critique constructive une œuvre en chantier soumise à l’appréciation des collègues. On analyse collectivement les questionnements spécifiques concernant le statut des auteurs dans son pays d’origine. Parmi nous des comédiens, des metteurs en scène, des managers, des traducteurs.

La traduction, justement. Problème central. Faire connaître une œuvre par le sur-titrage comme c’est actuellement la mode, est très insuffisant. C’est ne pas prendre en compte le fait que le texte est d’abord une langue et non un ensemble de signifiés. Le sur-titrage ne montre rien de plus que le squelette d’un scénario. Roméo et Juliette dans la langue de Shakespeare ne se limite pas à l’histoire de deux jeunes qui s’aiment contre l’avis de leur clan. C’est oublier la part du poète, et mettre en évidence la seule fonction de mise en scène d’une histoire. C’est opérer une pseudomorphose du théâtre sur le cinéma. C’est oublier que le théâtre et le cinéma sont deux langages différents. L’un s’appuie d’abord sur le scénario comme construction d’une histoire, l’autre sur le texte, la langue et le dialogue. Le sous-titrage au cinéma fonctionnant quasiment plan par plan permet de traduire le sens en mettant en valeur au plus près du sens la langue originale de l’écriture et de l’acteur.

Edward Broomberg, auteur américano-suédois et juif et Taher Nejib, auteur et comédien Palestinien débattant du problème israélo-palestien

Edward Broomberg, auteur américano-suédois et juif et Taher Nejib, auteur et comédien Palestinien débattant du problème israélo-palestien

Ceci est impossible au théâtre où le sur-titrage demeure un pis-aller. Le rôle du traducteur devient alors essentiel. On imagine mal ne connaître Shakespeare que par les pièces sur-titrées. Il y a aujourd’hui un mouvement international d’auteurs qui, notamment avec l’action de FENCE et la complicité des traducteurs, rejoint l’action des associations nationales d’auteurs comme les Ecrivains Associés du Théâtre (dont en France je fais également partie) pour contribuer à remettre le texte à la place qui lui échoit au théâtre : le centre. Mais ce qui caractérise FENCE est que sa dimension internationale permet à chacun par la confrontation des ressemblances et dissemblances spécifiques des démarches, de se mieux comprendre soi-même et d’affuter ses armes dramaturgiques.

FENCE à table

FENCE à table

Mais aussi on rit, boit, mange, échange les impressions sur les mêmes spectacles, on fait la fête et danse. Bref, sortant de nos tables d’écriture solitaire, on vérifie qu’on est vivants. Oui, vivants dans le monde, avec le monde, le monde réel, le monde d’aujourd’hui, écrivant un théâtre d’aujourd’hui. C’est bien ce qu’ont compris les metteurs en scène roumains collaborant avec ce festival national. Ils pétrissent une nouvelle matière faite de l’écume de nos jours, et le public la mange comme du bon pain. Ca fait du bien.

Une critique du « Ciel est vide » par Gilles Costaz dans Webthea

In 1- Presse on 8 octobre 2008 at 12:50

Le ciel est vide d’Alain Foix

WebtheaL’errance posthume des héros shakespariens Montreuil- théâtre Berthelot jusqu’au 19 octobre 2008

De chaque côté d’une très longue table, deux personnages se font face. On peut les reconnaître si l’on a un peu fréquenté Shakespeare. Ce sont Shylock et Othello, réunis par la grâce d’un auteur d’aujourd’hui, Alain Foix, et projetés dans un monde éternel, puisqu’ici, ils survivent depuis quatre siècles, dans un désert nocturne. Ils reprennent et creusent leurs obsessions. Le prêteur sur gages du Marchand de Venise se souvient de ses humiliations, le Noir jaloux de La Tragédie d’Othello ressasse ses sentiments de possession et de dépossession. Des images surviennent, immenses, sur le rideau qui ferme le côté cour de la scène : événements du XXe siècle, exodes, villes détruites, ou bien les doubles des personnages eux-mêmes qui répondent à leur version charnelle. Ils quittent la table, errent, ne savent que deux autres personnages se morfondent également sous ce « ciel vide ». C’est la fille du premier, Jessica, qui l’a trahi pour un non-juif. Et c’est la fameuse et belle Desdémone, étranglée par son mari. Elles cherchent à résoudre l’énigme de leur vie. Et d’elles viendra la lumière qui éclairera ces cheminements d’aveugles. L’oeuvre d’Alain Foix est très écrite, toute en questionnements tournoyants, en formules à la fois ciselées et heurtées. On peut trouver à ce théâtre un caractère trop littéraire ou trop théorique, car, s’appuyant sur ses références, il ne cesse de soulever des problèmes philosophiques. Mais, à partir de cette écriture d’une grande force, Bernard Bloch a composé un spectacle d’une belle puissance humaine et surprenant par son dialogue entre le jeu charnel et la partition filmée. Philippe Dormoy incarne un Shylock étonnant, souterrain, joueur, hanté. Morgane Lombard donne une remarquable flamboyance, tendre et vive, au personnage de Desdémone, tandis que Anne Azoulay, sous une perruque rouge, déploie un jeu plus doux dans le rôle de Jessica. Enfin, en Othello vêtu d’un uniforme galonné, Hassane Kouyaté, passe en force, projetant le texte plus qu’il ne le détaille.

Le Ciel est vide d’Alain Foix, mise en scène de Bernard Bloch, scénographie de Didier Payen, images de Dominique Aru, costumes de Charlotte Villermet et Charlotte Zwobada, musique de Rodolphe Burger et Yves Dormoy, son de Thomas Carpentier, Théâtre Berthelot, Montreuil, tél. : 01 41 72 10 35, jusqu’au 19 octobre (1 h 30).

Comédie Française Versus MC 93

In Chronique des matins calmes on 7 octobre 2008 at 11:22

font de scène du théâtre national de Timisoara

front de scène du théâtre national de Timisoara

Sur le front de scène du Théâtre National de Timisoara (TNT), où je me trouve actuellement, là où est né à coups de fusils et dans un bain de sang, la révolution roumaine de 1989, il est inscrit ce mot aux connotations guerrières : Venisti, vedisti, advisti, autrement dit « vini, vidi, vici », je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu. Le théâtre a toujours quelque chose à voir avec la guerre ou avec la politique. Le mot est dur de prime abord mais il est juste même en temps de paix. Venir, voir et vaincre c’est sans doute le mot de passe secret de tout spectateur lorsqu’il va au théâtre. Venir pour voir, vaincre en ayant vu. Vaincre quoi ? Ses peurs, ses angoisses, ses doutes, dans les rires et dans les larmes, dans l’émotion ou l’agacement. Car ce qu’on vainc ici au théâtre, c’est soi-même. On n’y vient pas pour dormir mais pour se secouer. On prend un risque toujours, et le prendre c’est gagner, c’est passer le Rubicond. Seulement il y a des Rubicond qui ont des allures d’Amazonie. Passer la porte d’un théâtre, c’est simple pour tous les Césars qui s’ignorent. C’est beaucoup plus complexe pour ceux qui doivent d’abord passer la douve symbolique et sociale de ce qui se présente souvent comme un château-fort au pont levis levé. On sait tous ça lorsqu’on habite dans la banlieue. C’est pour cela justement que sont nées les Maisons de la Culture qui autrefois étaient gérées par des associations ouvertes aux utilisateurs et à la société civile. Si elles ont en grande partie échoué du fait qu’elles ont abandonné une part de la mission essentielle d’action territoriale que leur avait confié André Malraux (dont je rappelle qu’il a passé une grande partie de son enfance à Bondy-93), il n’en reste pas moins que dans le paysage où elles ont été fondées, ces « cathédrales de la culture » ont imposé leur marque et, au fil des ans, gagné peu ou prou du terrain cultivé dans la jachère de la banlieue. Certes, le bilan est loin d’être suffisant et il y a beaucoup à imaginer dans le mode de programmation et d’action publique pour rendre ces forteresses accessibles à tous. Mais ces maisons ont leur fonction ne serait-ce qu’emblématique et de ce point de vue elles font l’objet d’une appropriation symbolique par la population, même celle qui n’y a jamais mis les pieds. Une église concerne aussi les non croyants et les non pratiquants. Le très regretté Bernard Birsinger, ancien maire de Bobigny aujourd’hui décédé, me dit un jour que la fonction culturelle de la Maison de la Culture dépassait largement le nombre de ses spectateurs. En effet, le public n’est pas seulement le nombre de spectateur mais l’ensemble d’une population concernée par l’existence d’un lieu vivant.

J’ai grandi à l’ombre de cette institution car Bobigny n’est qu’à quelques kilomètres d’où je vivais à Bondy. Et je puis affirmer que la MC 93 a énormément compté dans mon esprit même si je n’y étais jamais allé de moi-même avant un âge avancé. Une seule fois, même une sortie scolaire, suffit pour être marqué à vie. C’est pour cela que je défendrai toujours bec et ongles l’existence de ce lieu à Bobigny et la hauteur où il place l’exigence artistique. Mais que dire du fait qu’on veuille en haut-lieu faire de la MC93 la coquille d’une succursale de la Comédie Française ? Les arguments que je viens d’avancer ne sont-ils pas susceptibles de se retourner contre cette maison même dont je défends l’existence ? On pourrait en effet m’objecter que la présence de la Comédie Française en banlieue est hautement symbolique et constitue un acte politique fort signifiant le respect dû à ce territoire. La Comédie Française à Bobigny n’est-ce pas comme Science-Pô qui prend pied au lycée de Bondy ou la maîtrise de Radio-France en ce même Bondy ? Oui, justement. Beaucoup se souviennent encore des fameux Petits Ecoliers Chantants de Bondy rivaux laïques des non moins célèbres petits écoliers à la Croix de Bois. Sans doute la maîtrise de Radio-France a-t-elle pris la place laissée vacante par leur quasi disparition. Le fait que la maîtrise de Radio-France soit présente sur ce territoire est très important car elle va contribuer à drainer et révéler des talents locaux, tout comme les écoliers chantants.

Théâtre de Timisoara, une présence, une perspective irremplaçables

Théâtre de Timisoara, une présence, une perspective irremplaçables

Mais ce faisant, il y a comme une perte d’identité. Une équipe nationale n’aura jamais l’impact social collectif d’une équipe locale en termes de cohésion territoriale. Et Sciences Pô donc ? Eh bien parlons-en. Je pense qu’il s’agit du même phénomène, mais en pire. Ancien lycéen de Bondy, je me souviens que beaucoup de mes camarades rêvaient d’entrer à Sciences Pô. Il suffisait d’une mention Bien. Beaucoup y sont parvenus. J’en connais aussi qui sont entrés à Polytechnique et dirigent maintenant de grosses sociétés nationales. Que s’est-il donc passé entre mon adolescence et aujourd’hui ? Tout simplement la faillite d’un système dont l’école est la face émergée de l’iceberg. La douve s’est creusée entre l’institution et le public. La mise en réserve de toute une population d’immigrés, le parcage et puis le phénomène de garderie. On laisse les enfants à l’école pour aller travailler. L’Etat a abandonné ces territoires, les enseignants se sont trouvés en position de colons délaissés par leur métropole et sans moyens suffisants. Mettre science Pô au lycée de Bondy « sauvera » symboliquement quelques individus, et l’Etat pourra faire ses comptes. Mais cela ne règlera rien du problème de fond qui est social et politique. J’ai bien peur que la présence de la Comédie Française à Bobigny relève du même procédé. Présence symbolique de l’Etat mais déni du territoire. Or ce qui a fait entre les années 60 et 80 la particularité et la fonction des établissements de la décentralisation, est qu’ils avaient à leur tête des directions censées gérer un mode de relation approprié avec la nature du territoire. Cela ne voulait pas dire qu’on devait faire de la culture à la carte, mais que la proposition de diffusion et d’action de qualité devait être à l’écoute du territoire, de ses rythmes et des couleurs spécifiques de son langage. On reproche à la Mc 93 de ne pas faire de hip-hop ou une diffusion artistique au rabais en fonction du public. C’est non seulement une absurdité mais une injure à ce public même qui s’il le désire peut trouver aujourd’hui de multiples lieux pour ce type de spectacles. C’est ce qu’on appelle le maillage territorial qui fut mis en place par le Conseil Général du 93 qui consacrait une partie non négligeable à la culture. Alors, partant du constat erroné en grande partie que la MC 93 a failli dans ses missions parce qu’il n’a pas fait de culture populaire, on veut la remplacer par une institution qui, avec tout le respect que je lui dois, le moins qu’on puisse dire ne se présente pas comme populaire. D’ailleurs, ce n’est pas sa mission. Celle de la Comédie française est irremplaçable. Celle de la MC 93 aussi. Les grands cuisiniers qui nous dirigent se sont-ils mis en tête de faire des œufs au plat dans un chaudron ? Faire de la bonne cuisine c’est utiliser les outils appropriés. Mais j’admets que l’action culturelle et l’esprit premier de la décentralisation a failli et que le réseau des scènes nationales se transforme peu à peu en réseau de distribution nationale des mêmes produits pré-formatés à partir de Paris. Faut-il parce qu’une belle idée a failli parce que trahie par les errements politiques, l’abandonner ? Parce que l’école publique est en difficulté pour des raisons politiques, la remplacer par des écoles privées ? Parce que le Parti socialiste est par sa faute en difficulté le remplacer par l’UMP ?

Je pense que l’intelligence politique comme l’intelligence tout court est de savoir user de tact, faire des nuances et adapter la pensée et l’action au contexte qui se présente. Je ne veux pas que la MC 93 soit remplacée par la Comédie Française parce que je respecte l’une comme l’autre et chacune à sa place où elles sont nécessaires. Je ne veux pas de cette uniformisation de l’art et de la culture qui a pour conséquence de tuer ce qu’ils supposent d’appareillage critique, de progrès humain et d’émancipation au cœur du spectateur.

Dominique Aru, des nuages dans les yeux

In Chronique des matins calmes on 3 octobre 2008 at 1:30
Dominique Aru

Dominique Aru

Elle a des nuages dans les yeux. Elle les regarde depuis si longtemps. Une fascination qui remonte à l’enfance et qu’elle partage avec une grande partie de l’humanité. Qui n’a pas rêvé allongé dans un champ, la pâquerette au coin des lèvres, les yeux dans les nuages ? Mais Dominique, c’est différent, ce sont les nuages qui sont dans ses yeux. Elle n’en dessine pas les contours, ne leur impose pas son imagination, elle n’a aucun sens du commandement. Elle n’est pas le Jean-Christophe de Romain Rolland, cet enfant solitaire qui commandait aux nuages : « Il commandait aux nuages. Il voulait qu’ils allassent à droite. Mais ils allaient à gauche. Alors, il les injuriait, et réitérait son ordre. Il les guettait du coin de l’œil, avec un battement de cœur, observait s’il n’y en aurait pas au moins un petit qui lui obéirait; mais ils continuaient de courir tranquillement vers la gauche. Alors il tapait du pied, il les menaçait de son bâton, et il leur ordonnait avec colère de s’en aller à gauche et, en effet, cette fois, ils obéissaient parfaitement. Il était heureux et fier de son pouvoir. » Elle n’est pas celle qui dit comme Beaumarchais : « Ces événements nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs ». Non, elle accepte la nature même du dépassement. Les nuages, ces événements météorologiques laissent bien leurs traces en formes d’images dans nos yeux. Ces images là nous appartiennent. Nous en sommes responsables. Nous arrêtons les nuages en dessinant au ciel les formes de notre imagination. Mais ce faisant, nous les trahissons. Car leur nature n’est pas l’image mais le mouvement. C’est cela qui depuis l’enfance attire au ciel les yeux de Dominique : les mouvements des nuages. Mouvements qui laissent leurs traces au fond de nous, mouvements qui nous mettent en mouvement. Les nuages sont nos maîtres à danser. Leurs formes et leurs visages ne sont que des arrêts du temps, un temps qui est celui de notre durée, de notre manière forcément subjective de saisir les événements, de les saisir, de les prendre, les « com-prendre », les prendre en soi, se les approprier. Dominique est cinéaste, c’est-à-dire danseuse d’images car c’est le mouvement générant les images qui lui importe, et non l’image en soi qui n’est qu’une posture, une attitude comme on dit en danse d’un mouvement arrêté. Toute émotion dans une image vient du mouvement qui la génère et dont elle est la trace. L’émotion est mouvement, c’est-à-dire vie. C’est le théâtre d’abord, comme mouvement, comme expression humaine de la vie qui fut sa première expression. Mais les formes l’ont fascinée, les structures, l’espace, le point, le plan. Alors elle est entrée aux Beaux Arts où elle a vu la mort.

Avec Bernard Bloch et Philippe Dormuy

Avec Bernard Bloch et Philippe Dormuy

La mort comme pétrification de la forme par une pensée qui veut la dominer comme Jean-Christophe pense dominer les nuages. Elle a vu le concept cherchant à saisir la matière en une idée, le mouvement en une forme. « Le concept c’est la mort » dit-elle, et elle a fui l’hégémonie des nouveaux plasticiens sur le réel pour se réfugier dans l’image –mouvement du cinéma. Elle a fait l’IDHEC. Mais là encore, elle perçut que son attente était insatisfaite. Il n’y avait pas, dit-elle, d’apprentissage de la direction d’acteurs pour le cinéma. Or l’acteur est la matière première, celui d’où vient le mouvement. Aucun mouvement de caméra ne pourra remplacer le geste d’un acteur. Alors Dominique balance entre la scène et le cinéma dont elle connaît les langages différents. Elle a, à la place où elle est, cette juste mesure de leurs oppositions, des incompatibilités entre leurs mouvements et leurs images. Relier les deux en un même espace dramaturgique comme je le fais dans « Le ciel est vide » est pour elle une gageure et un enjeu dont elle mesure bien les difficultés et la nécessité. « Ca fait bouger, ça fait bouger le théâtre, ça fait bouger l’image » dit-elle, un nuage dans les yeux.