alainfoix

Archive for octobre 2005|Monthly archive page

« Ta mémoire, Petit Monde » chez Gallimard

In 2.3- Romans on 1 octobre 2005 at 8:46

memoire-foix.gif« Petit monde », ti moun en créole, c’est Lino, l’enfant que fut l’auteur et dont il se souvient.
Il a huit ans quand il quitte son île de Guadeloupe avec Lucia, sa mère, et s’embarque pour la métropole. Dix jours de traversée qui vont tout bouleverser, et marquer douloureusement la déchirure avec Aurèle, l’ouvrier de la mer, qu’il aime comme un père, les melons de maman Telle, les accents du pays, et les averses qui réveillent les parfums de la terre.
Tôt levée, tard rentrée de l’hôpital où elle fait des ménages, Lucia, mère courage à laquelle Lino apprendra l’orthographe et la grammaire, parvient à recréer un écosystème créole au rez-de-chaussée du dernier immeuble de Bondy.
Plus tard, l’hôpital de Berck-Plage où Lino est envoyé sera une autre déchirure, mais il en reviendra avec un nouveau rapport au monde. Puis il y aura d’absolues nouveautés : les filles, la découverte de la psychanalyse… La lecture passionnée de Tristes Tropiques, de Lévi-Strauss, et la mort d’Aurèle marqueront la fin de l’enfance et la dernière émancipation.
À travers la mémoire de l’enfant, ce petit monde dans le monde, c’est aussi toute une poétique de la banlieue qui surgit.

Ta mémoire, Petit Monde
Roman d’Alain Foix
Collection « Haute Enfance », Gallimard, 2005
Prix : 12,50 euros

Sélection du Prix des Amériques insulaires 2006

« Peintre peint sur papier peint » chez Gaalade

In 2.3- Romans on 1 octobre 2005 at 3:48

peintrepeint-foix.gifUn appartement parisien… Le cadavre du peintre Alis Poignant-Alis, dont la tête est affalée dans le cadre de sa toile déchirée… Le sang projeté sur un vieux papier peint révélé sous un miroir en miettes… Un article truqué de la Déclaration des droits de l’homme tracé au rouge à lèvres en guise de signature : le meurtre de l’artiste laisse perplexes les deux policiers chargés de l’enquête, l’inspecteur Pérez, vieux loup de mer de la « Crime », et Dumas, son acolyte aux allures de pingouin ridicule.

Un peu sonné par la mise en scène de ce meurtre, Pérez s’en va chercher le repos et l’inspiration auprès de Jane Kruger, belle peintre irlandaise à la crinière fauve, tandis que Dumas s’intéresse à Pierre-Amadou Deng-Xiao-Khane, dit le Chinois, modèle athlétique et mégalo à qui il est arrivé de poser pour la victime.

La galerie de portraits ne manque pas de saveur. L’enquête progresse de crimes en crimes, toujours plus sophistiqués les uns que les autres, et auxquels l’inspecteur Pérez se trouve à chaque fois mystérieusement mêlé. Peintre peint sur papier peint est le premier volet des aventures de l’inspecteur Pérez. Un régal pour les amateurs de suspense et d’histoires baroques. De l’art plastique à la musique contemporaine, Alain Foix nous entraîne au cœur des milieux artistiques.

Une écriture débridée et décalée, où le jeu est partout présent : dans les mots, les images ou les situations.

Peintre peint sur papier peint
polar d’Alain Foix
Editions Galaade, 2005
144 pages – Prix : 16 euros