alainfoix

Les blancs coupeurs de têtes

In Chronique des matins calmes on 27 octobre 2007 at 1:52

La Ministre de la Culture fait suspendre la restitution par la ville de Rouen à la Nouvelle Zélande d’un Toi Moko, tête coupée d’un guerrier maori.
En 2002, il a fallu une loi spéciale pour restituer à l’Afrique du Sud la dépouille mortelle de Saartjie Baartman dite la Vénus Hottentotte. Cette loi dont je reprends tels quels les éléments dans mon roman Vénus et Adam renvoie à l’article 16-1 du code civil résultant de la loi bioéthique de 1994, qui dispose dans son dernier alinéa : « Le corps humain, ses éléments et ses produits ne peuvent faire l’objet d’un droit patrimonial. » « Des restes humains, en conclut Roger-Gérard Schwartzenberg alors Ministre, ne sont donc pas susceptibles d’appropriation, et ne peuvent pas être une propriété de l’Etat, pas plus que d’une autre collectivité publique. Ils ne sauraient donc être qualifiés d’éléments du patrimoine national comme l’indiquait la proposition sénatoriale dans sa rédaction initiale. Les règles de domanialité publique ne s’appliquent donc pas aux éléments du corps humain ».
Il semblerait donc que Monsieur Stéphane Martin, président du Musée du Quai Branly qui désire conserver cinq têtes maories dans sa réserve, et madame La Ministre, devraient être attentifs à cette loi votée par la république qui prend en compte la dignité de l’être humain et des peuples.
Ce n’est pas à nous, Occidentaux, de décider de garder une dépouille si elle est réclamée par ses descendants.
Imaginons un instant que les Zoulous qui ont transpercé de plusieurs flèches le corps du Prince Impérial, fils de Napoléon III, (comme je le rapporte dans mon Toussaint Louverture) aient décidé de garder sa tête en arguant comme Stéphane Martin qu’elle est « la trace d’une histoire sociale et politique que l’on ne peut effacer ». Nous dirions qu’ils se paient notre tête. Alors, ne nous payons pas la tête des maoris. Rendons leur les dépouilles dont on les a… dépouillés, et arrêtons cette nouvelle barbarie qui se cache sous les oripeaux de la science.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :