Elle avait pris ce pli

Ce matin, ma fille m’a apporté le petit déjeuner au lit. Oh ! Rien d’exceptionnel. Ca lui arrive quand elle n’a pas classe comme aujourd’hui. Je ne suis pas chaud partisan de cette pratique matinale. Ca a un côté un tantinet bourgeois qui me chiffonne. Sans compter l’aspect finalement inconfortable : miettes sur les draps, café qui souille… Mais comment résister lorsqu’on est réveillé par un baiser si doux et cette odeur si agréable? Et chaque fois, immanquablement, il me vient ces vers de Victor Hugo :

Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin
De venir dans ma chambre un peu chaque matin;
Je l’attendais ainsi qu’un rayon qu’on espère;
Elle entrait, et disait: Bonjour, mon petit père ;
Prenait ma plume, ouvrait mes livres, s’asseyait
Sur mon lit, dérangeait mes papiers, et riait,
Puis soudain s’en allait comme un oiseau qui passe.
Alors, je reprenais, la tête un peu moins lasse,
Mon oeuvre interrompue, et, tout en écrivant,
Parmi mes manuscrits je rencontrais souvent
Quelque arabesque folle et qu’elle avait tracée,
Et mainte page blanche entre ses mains froissée
Où, je ne sais comment, venaient mes plus doux vers…

Mais cette évocation est vite interrompue par le son de la télévision. En effet : la télé est dans ma chambre et il n’y a d’autre moyen d’y accéder que d’amadouer le cerbère. Que pouvez-vous faire, un baiser sur la joue et un plateau sur les genoux ?
Elle a mis un de ses films préférés : Kirikou contre Karaba la sorcière. J’entends ces dialogues dans ma douce léthargie :
Kirikou : Et pourquoi Karaba est-elle si méchante ?
Son oncle : Elle est méchante, voilà tout. Il faudrait une raison ?
Kirikou : Il y a toujours une raison.
C’est la première question que pose Kirikou et c’est la bonne, car cette question va ouvrir à la résolution de cette histoire. C’est en trouvant pourquoi elle est méchante que Kirikou va mettre fin aux malheurs de son peuple. Les enfants sont comme les philosophes : ils osent poser les questions. Les philosophes sont par conséquent des espèces d’enfants. Et je me dis en essuyant les miettes sur mon lit que ce sont bien les enfants qui sauveront le monde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s