En l’auberge de la Vieille Tour

Photo Niel Flemming (Auteur du réseau Fence)

Voici un poème écrit en l’auberge de la Vieille Tour qui serait un magnifique lieu de résidence d’écriture. C’est elle sans doute et la conversation avec les iguanes qui peuplent ses jardins qui m’ont inspiré ce poème dédié à la Guadeloupe.

Mon Amérique


Rien ici que la beauté épuise

Versant aux lèvres bleues du ciel

Les douceurs de la brise


Mon Amérique, ma terre aux épaules découvertes

 

Bercé aux rives d’un songe réel

Je rêve au balcon de Baudelaire

D’un Rimbaud noir du bateau délivré

 

En Guadeloupe mon île mon espoir et ma perte

 

D’une mâle armée de plumes libertaires

D’une terre écrite à l’ombre de Saint-John Perse

D’un cygne noir au cauchemar déchiré

 

Mon archipel à la chevelure verte

 

Et que du sol sous l’humus et la herse

Le cygne au soir sa belle palme et la plume

Sur l’horizon des désirs d’alizé

 

Mon île ma sœur  mon cœur qui me déserte

 

Soulève le poids du marteau sur l’enclume

Et sur le sable, la coquille d’un baiser

Et sur l’écume la lumière découverte

 

Ecrit en l’auberge de la Vieille Tour (Gosier) le 19 novembre 2010

Alain Foix

Photo Sarah Dickenson (Auteur du réseau Fence)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s